Perso avec un grand P



Ici, c'est le coin perso.
Je dirai même Perso avec un grand P !
Le contenu de cette sous-rubrique pourra probablement paraître en hors-sujet avec le blog et l'esprit sans BPA...
Possible.
Mais en tous les cas, c'est un peu de nous-même...


Perso # 1
Quand la chance est au rendez-vous

15 jours de folie pour préparer notre premier salon professionnel, le salon Maison & Objet à Paris.
Une belle aventure nous attend puisque 3 marques de la boutique nous ont choisi pour les représenter en France : Kids Konserve, Ecococoon et Organic Kidz !
Quel honneur...

Nous avons donc donné le meilleur de nous-même afin que ce salon représente au mieux notre philosophie égale à celle de ces trois marques nées elles-aussi d'une prise de conscience : derrière Kids Konserve, Ecococoon et Organic Kidz, ce sont 3 mamans qui ont eu le déclic anti-plastique et anti-déchets.
Au programme stand fait sur-mesure (merci Guillaume), posters maison, vidéo d'ambiance (prochainement,  en ligne.. oui oui !), cartes de visite, catalogue virtuel...

Et lorsque l'on donne le meilleur de soit, on est fatalement débordé, car il n'y a aucune limite à vouloir donner le meilleur.
De ce débordement, des oublis, des manqués, des bugs aussi..
C'est ainsi par exemple, qu'avant notre départ, notre mail et bandeau devant figurer sur le site, n'ont pas été activés afin de prévenir nos adorables clients et visiteurs qu'aucune commande de pourra être expédiée avant notre retour le 25...
Et 1001 autres broutilles...

Mais il y a bien un manqué qui n'a pas eu lieu.
C'est durant cette traversée Sud / Nord sous la neige.
Sous la neige, oui ! Un comble quand on sait qu'il neige très rarement dans le Sud !
Roulant pourtant à 30 km/h, une perte totale du véhicule...
Panique, arrêt sur image, vision ralentie...
Non, on ne toucha pas le véhicule devant.
Non, on ne percuta pas la barrière centrale d'autoroute.
Non, lors de notre 360, aucune voiture ne vint nous percuter de plein fouet.
Non, notre marche-arrière incontrôlée ne nous assomma pas sur la bande d'arrêt d'urgence, perpendiculairement à la route.
On respire.
On se dit que.
Et puis on respire.
Et puis on se dit que.
Et puis on s'écroule parce qu'on réalise que tout peut se terminer tellement vite.

C'est ainsi que notre périple vers la capitale nous a permis de voir plutôt d'un bon oeil les 1001 embûches qui nous attendaient.
Des détails techniques, mais rien à voir, non, vraiment rien à voir face au noir qu'on aurait pu rencontrer subitement.


ça, ça se partage, car la vie est si fragile...








2 commentaires:

  1. Mais vous êtes là ... C'est l'essentiel ... comme on dit si bien !
    Grosses bises et à très bientôt !
    Lucie

    RépondreSupprimer